Santé au Kamouraska : la ministre assure qu’elle en fait sa priorité

Santé au Kamouraska : la ministre assure qu’elle en fait sa priorité

Les élus et les co-porte-parole du comité Mes soins restent ici ont émis un communiqué demandant une « intervention rapide » de la ministre, suite aux annonces de découverture, en lien avec la chirurgie cette fois-ci.

Crédit photo : Archives Le Placoteux

Pendant que les élus et le comité citoyens sur la santé au Kamouraska pressent la députée-ministre Marie-Eve Proulx d’agir dans le dossier de découvertures médicales à La Pocatière, cette dernière assure qu’elle n’a jamais arrêté de travailler sur le dossier.

En entrevue téléphonique avec Le Placoteux vendredi après-midi, la ministre affirme avoir rencontré les gens du comité Mes soins restent ici en décembre et les élus en janvier. Une rencontre avec la PDG du CISSS du Bas-Saint-Laurent et des gens du ministère de la Santé a aussi lieu mercredi prochain.

« L’objectif est de régler le problème. Pas de “plasteurs” sur le bobo, mais une solution durable. Il faut se donner le temps, on vient d’arriver. » – Marie-Eve Proulx

« L’objectif est de régler le problème. Pas de “plasteurs” sur le bobo, mais une solution durable. Il faut se donner le temps, on vient d’arriver », a indiqué Marie-Eve Proulx.

Intervention rapide

Vendredi, les élus et les co-porte-parole du comité Mes soins restent ici ont émis un communiqué demandant une « intervention rapide » de la ministre, suite aux annonces de découverture, en lien avec la chirurgie cette fois-ci.

« Notre population est en droit d’avoir des services de proximité et ne peut être indéfiniment brimée par des découvertures répétées qui paralysent plusieurs services de notre hôpital. C’en est assez, il faut trouver une solution durable et respectueuse de notre milieu », ont dit les élus et membres du comité.

La ministre assure qu’elle ne lâche pas le morceau.

« Je comprends l’impatience des gens dans le dossier. C’est un dossier préoccupant, je fais beaucoup d’appels, même la ministre de la Santé pourrait vous le dire, elle m’a entendu souvent parler de ça. C’est le dossier dans lequel j’investis le plus de temps. Les annonces de cette semaine (découvertures) sont venues me chercher », a conclu la ministre.