Rivière Ouelle : des scientifiques étudient le contenu des estomacs des bars rayés

Rivière Ouelle : des scientifiques étudient le contenu des estomacs des bars rayés

Des scientifiques étudient le contenu des estomacs des bars rayés.

Crédit photo : MFFP

Des chercheurs du ministère ont anesthésié et fait un lavage gastrique pour prendre le contenu des estomacs de 150 bars rayés qui se trouvaient dans la rivière Ouelle pour voir si le poisson se nourrit de saumoneaux.

C’est pour répondre aux préoccupations des pêcheurs à saumons qui se questionnaient à savoir si le bar rayé se nourrissait des saumoneaux en dévalaison (descente des poissons migrateurs) que cette étude a été entreprise.

Les deux espèces se sont croisées ces quatre dernières semaines dans la rivière Ouelle, ce qui a permis de mener les recherches. On savait d’abord que ce poisson mange carrément de tout, ne se concentrant pas sur une espèce en particulier. Mais le ministère souhaitait cumuler des données scientifiques, ce que l’on n’avait pas jusqu’à présent.

« Nous avons recueilli 150 contenus d’estomacs pendant quatre semaines et c’était l’objectif, d’y aller quelques fois par semaine à raison de 20 à 25 poissons par jour. » – Anne-Marie Pelletier

Lavage gastrique

La méthode utilisée pour connaître leur diète est celle du lavage gastrique. Elle permet de ne pas blesser le poisson et de le remettre à l’eau vivant après les manipulations. Une fois le bar rayé capturé, un lavement gastrique lui est administré, sous anesthésie, afin de récupérer le contenu de son estomac. Le contenu gastrique est alors conservé et sera par la suite analysé en laboratoire pour identifier toutes les proies ingurgitées. Le bar rayé est finalement relâché dans son milieu naturel, après les manipulations.

« La façon de faire a été vérifiée l’an dernier au Saguenay. C’est une technique approuvée », dit la biologiste Anne-Marie Pelletier.

« Nous avons recueilli 150 contenus d’estomacs pendant quatre semaines et c’était l’objectif, d’y aller quelques fois par semaine à raison de 20 à 25 poissons par jour », ajoute-t-elle.

Si les conclusions sont loin d’être définitives, il appert que plusieurs estomacs étaient vides. D’autres avaient mangé des éperlans arc-en-ciel, de petites crevettes, des aloses savoureuses et des épinoches. On aurait retrouvé très peu de saumoneaux dans le contenu de leurs estomacs.

Outre la rivière Ouelle, l’étude sur la diète du bar rayé dans les portions d’eau douce se déroulera dans dix autres rivières à saumon cet été.