Un premier exercice commun pour SERABEC et un service de sécurité incendie kamouraskois

Un premier exercice commun pour SERABEC et un service de sécurité incendie kamouraskois

Les membres de SERABEC. Rangée du bas: Patrick Thomassin, Dominique Ouellet, Gilles Dubé. Rangée du haut: Frédéric Veilleux , Jacques Levasseur, Mathéo Thebaudeau, Martin Barrette et Réjean Théberge.

Crédit photo : Courtoisie SERABEC

Un premier exercice commun a été réalisé entre des volontaires de SERABEC Rivière-du-Loup et des pompiers de la Régie intermunicipale en protection incendie du Kamouraska-Ouest. Tenue le 23 juin dernier, près du lac de l’Est, cette pratique visait à évaluer les communications air-sol entre des équipes d’intervention aériennes et terrestres.

SERABEC est un groupe de sauvetage et de recherches aériennes qui rassemble des volontaires amenés à participer à des missions de recherches et de sauvetages humanitaires ou de petits avions en détresse. Son équipe est composée principalement de propriétaires et de pilotes d’avion, de navigateurs et d’observateurs volontaires formés et entraînés pour la recherche aérienne.

Pompier à temps partiel au sein de la Régie Kam-Ouest et volontaire pour SERABEC Rivière-du-Loup, Réjean Théberge de Rivière-Ouelle a agi comme entremetteur afin d’organiser un premier exercice commun entre les deux groupes d’intervention dans lesquels il évolue. « C’est un exercice qui fait partie d’un projet-pilote chez SERABEC Rivière-du-Loup. On fait souvent des pratiques du genre, mais cette fois-ci on voulait évaluer les communications air-sol avec une équipe d’intervention terrestre autre que celle de SERABEC », a-t-il précisé.

L’exercice proprement dit a nécessité l’implication d’un véhicule d’urgence et d’un avion. Au sol, cinq pompiers de la Régie Kamouraska-Ouest ont caché une balise de détresse qui devait être repérée par un avion de SERABEC transportant un pilote, un navigateur et deux observateurs. À l’approche de l’avion, les pompiers devaient ensuite déployer une toile simulant un site d’écrasement d’un petit avion à proximité de la balise afin d’être repérés par l’équipe de SERABEC. Au total, l’équipe aérienne a mis entre 5 à 10 min à repérer l’équipe terrestre.

« L’exercice a été concluant. Nous avons atteint nos objectifs. Nous sommes très heureux du déroulement. Cette pratique était la première du genre que SERABEC Rivière-du-Loup tenait avec un service de sécurité incendie de son territoire », de mentionner Réjean Théberge.

De son côté, le directeur de la Régie intermunicipale en protection incendie du Kamouraska-Ouest, M. Christian Gagnon, a confié avoir apprécié l’initiative. « Tout ce qui permet de mieux coordonner les différentes équipes d’intervention lors de missions de recherches et de sauvetages est bienvenu. »

La prochaine étape du projet-pilote doit permettre d’initier les pompiers de la région à la lecture de cartes en utilisant la latitude et la longitude.