Pôles régionaux d’innovation : la ministre doit répondre à la critique de l’opposition

Pôles régionaux d’innovation : la ministre doit répondre à la critique de l’opposition

Le pôle régional d’innovation bas-laurentien avait été confirmé en août dernier, sous le règne de l’ex-député libéral Norbert Morin.

Crédit photo : Archives Le Placoteux

La députée-ministre Marie-Eve Proulx a dû répondre à la critique d’un député de l’opposition au sujet de l’instauration des pôles régionaux d’innovation, qui se questionnait sur leur avenir, sachant que celui du Bas-Saint-Laurent était confirmé et bien financé.

Dans un article du quotidien Le Nouvelliste, où l’on se demande si la ministre a favorisé son comté, on rapporte que le porte-parole de l’opposition officielle en matière de PME et d’innovation, Monsef Derraji, a interpellé Mme Proulx au sujet de l’avenir des pôles, puisque seulement cinq des 18 pôles régionaux prévus ont reçu une aide financière, dont le pôle bas-laurentien géré par Développement économique La Pocatière. Depuis la fin janvier, le réseau fait l’objet d’une remise en question par le gouvernement de la CAQ.

La signature des pôles régionaux d’innovation de chaque région suivait son cours depuis la signature de la convention en août 2018. Cinq pôles régionaux avaient alors été annoncés : Laval, Lanaudière, Montréal, Bas-Saint-Laurent et Laurentides. La signature du pôle bas-laurentien s’est faite en novembre 2018, alors que c’est en janvier 2019 que la problématique entourant les pôles régionaux d’innovation et leur réseau a été portée à l’attention de la ministre, a précisé le bureau de Mme Proulx.

« Avec la dépense inacceptable de 70 000 $ pour la tenue d’un Lac à l’épaule de moins de 24 h, la ministre a jugé bon revoir cette mesure de l’ancien gouvernement libéral. Depuis qu’elle a entamé sa tournée sur l’entrepreneuriat qui inclut la révision de la mesure des pôles, la ministre a pu constater que les avis sont partagés dans les différentes régions. Elle rendra une décision sur l’avenir des pôles en juin, mais a assuré les différents acteurs que l’argent prévu resterait dans les régions », a-t-il été ajouté.