La Pocatière va se pencher sur la location du Centre Bombardier

La Pocatière va se pencher sur la location du Centre Bombardier

Le Centre Bombardier à La Pocatière.

Crédit photo : Maxime Paradis

Le tollé soulevé par la location du Centre Bombardier à un vendeur itinérant de l’extérieur de la région, qui projette y faire une liquidation de manteaux durant trois jours, s’est transposé à la dernière réunion du conseil municipal de la Ville de La Pocatière, le 3 décembre dernier. En réaction aux plaintes des commerçants locaux mécontents, le maire Sylvain Hudon a mentionné qu’un comité allait se pencher sur la question afin d’établir des balises dans le futur.

À peine deux commerçants et l’équivalent de citoyens qui se sentaient concernés se sont déplacés à la dernière rencontre du conseil municipal de La Pocatière pour manifester leur mécontentement et ne réclamer rien de moins que l’annulation de cette mégavente prévue du 7 au 9 décembre. « Nous ne pouvons pas annuler. Juridiquement parlant, selon le contrat, il aurait fallu le faire 15 jours avant l’événement », de répliquer le maire Sylvain Hudon.

La période de questions qui a ensuite suivi a porté essentiellement sur ce point. Si par moment elle a pris des allures de cours magistral sur le fonctionnement du commerce de détail, le maire Sylvain Hudon a avoué, en fin de séance, maintenant mieux saisir l’environnement dans lequel évoluent les commerçants du domaine du vêtement.

Du côté des citoyens, la majorité a insisté auprès du conseil sur l’importance d’être cohérent dans ses gestes quand une Ville valorise autant l’achat local. Ironiquement, une résolution d’appui portant sur des actions claires à poser pour favoriser l’achat de produits agroalimentaires locaux, dans la foulée de la nouvelle entente de libre-échange Canada-États-Unis-Mexique, avait été votée plus tôt durant la séance. « Quand allons-nous mettre les mêmes efforts à défendre le commerce de détail à La Pocatière, qu’on peut en mettre pour défendre Bombardier ou les institutions comme le Cégep et l’ITA. Si on fait le tour, il y a sûrement autant, sinon plus d’employés qui travaillent dans ce secteur-là que dans nos industries et nos institutions publiques », de déclarer Gérald Beaulieu, membre du comité Je commerce ICI.

Comité

À l’issu de la réunion, qui s’est déroulée dans le calme et le respect, sans réelle confrontation, le maire Sylvain Hudon a rappelé qu’un comité formé de représentants de Je commerce ICI, d’élus municipaux et de représentants du Centre Bombardier allait se pencher rapidement sur de nouvelles orientations à mettre en vigueur pour la location de l’aréna.

Quant à la rumeur voulant que ce vendeur soit de retour pour une vente liquidation similaire, les 21, 22 et 23 décembre prochains, le maire Sylvain Hudon a précisé qu’aucun contrat n’avait été signé avec le Centre Bombardier et « qu’il n’y en aurait pas. »