L’Everest s’incline coup sur coup à domicile

L’Everest s’incline coup sur coup à domicile

L’Everest s’incline coup sur coup à domicile.

Crédit photo : Kassandra Blouin

L’Everest voulait commencer l’année du bon pied, mais c’est un Inouk opportuniste qui s’est présenté à Montmagny en enlevant le match par la marque de 6-5 samedi en soirée. Dimanche, les Rangers de Montréal-Est visitaient à leur tour l’Everest et c’est avec un but tardif en troisième période qu’ils sont repartis de Montmagny avec les deux points par la marque de 4-3.

C’était le retour au boulot après un congé des fêtes bien mérité pour les joueurs, les entraineurs ainsi que le conseil d’administration de l’équipe sud-côtoise. Pour les joueurs, la semaine a commencé jeudi dernier alors que l’équipe a eu droit à deux pratiques dans la journée ainsi qu’une période de Power yoga. Le vendredi, les hommes de Simon Olivier ont également pratiqué juste avant la grosse fin de semaine qui attendait l’équipe.

Tout était en place pour commencer l’année du bon pied et les joueurs étaient plus que prêts à affronter une des équipes les mieux bâties de la ligue, l’Inouk de Granby. Sans surprise, l’Inouk a commencé la partie en force en inscrivant deux buts rapides à mi-chemin en première période. L’Everest n’a pas regardé la parade passer, alors qu’en deuxième période, la troupe sud-côtoise a touché la cible à quatre reprises pour ainsi prendre les devants pour une première fois cette saison contre l’Inouk. C’est Zacharie Maheu qui a pris l’équipe sur ses épaules en marquant son premier tour du chapeau avec l’équipe en l’espace de 11 minutes 27 secondes, en plus d’avoir alimenté Vincent Éthier sur le premier but de l’Everest, après 2 périodes, c’était avantage Everest par la marque de 4-3. En troisième période, c’est là que les choses se sont corsées, lorsque l’Inouk a réussi à répliquer avec trois buts au cours de la période pour se sauver avec la victoire par la marque de 6-5. Maxime Charbonneau a réussi l’autre filet pour la formation bleu et blanche. « Je suis très fier du comportement de nos joueurs. Naturellement, on peut sortir toutes les excuses, mais comme on sait, on est beaucoup plus jeunes, ça, c’est une équipe (l’Inouk) qui est à maturité. C’est une équipe qui aspire au championnat, donc on s’est battus, on a été dans la partie pendant les trois périodes et on avait quand même trois blessés en dehors de la formation. C’était quand même très satisfaisant », commente Simon Olivier au sujet de la performance de ses joueurs.

« C’est un joueur qui a une moyenne d’un point par match, donc quand tu regardes les statistiques des trois dernières années ce n’est pas un hasard, tu sais ce qu’il va te donner, on savait qu’il améliorerait notre offensive », mentionne Simon Olivier au sujet de la soirée de travail du #21 Zacharie Maheu (3 buts, 1 passe).

Dimanche, les joueurs de l’Everest voulaient renverser la vapeur contre les Rangers de Montréal-Est, l’équipe contre laquelle les hommes de Simon Olivier avaient conclu l’année 2018, le 22 décembre dernier avec une victoire de 5-3. Cette fois, les Rangers avaient appris de leurs erreurs et ils ont donc commencé la partie du bon pied en inscrivant les deux premiers buts du match tôt en première période. Ryan Massicote a réduit l’écart de moitié avec un jeu individuel et à la fois phénoménal pour ainsi mettre la foule en délire. En deuxième période, les deux équipes se sont échangé un but et c’est David Vaysberg qui a enfilé son 8e de la saison. Tirant de l’arrière 3-2 au troisième vingt, Maxime Charbonneau a inscrit son 12e pour ramener les deux équipes à la case de départ 3-3. C’est avec moins de neuf secondes à faire à la partie que les Rangers ont marqué pour s’assurer des deux points, l’Everest a donc échappé au minimum un précieux point. « On a laissé beaucoup d’émotion et beaucoup d’énergie dans la partie d’hier, on s’est battus jusqu’à la fin, on demande à des jeunes de 17 ans de rivaliser contre des 19 et des 20 ans qui ont de l’expérience dans la ligue, donc en même temps, on veut toujours s’améliorer, mais il faut prendre du recul parfois et l’analyser de cette façon-là aussi », explique Simon Olivier à la suite de la défaite de 4-3 contre les Rangers de Montréal-Est.

« L’absence d’Alexandre Lessard, d’Olivier Lefebvre ainsi que d’Alexandre Fortier est absolument évidente, c’est de la profondeur dans notre alignement. On demande à des joueurs de jouer dans une chaise où ils ne sont pas confortables ou habitués de jouer, donc ce sont des gars qui nous manquent. C’est une réalité, aujourd’hui il y avait des gars qui avaient une opportunité de se faire valoir, donc oui on a manqué un peu de jus, mais quand même je pense qu’on était proches et on est déçus encore ce soir, mais il n’y a rien de honteux dans notre performance, loin de là », conclut Simon Olivier sur les difficultés en avantage numérique de son équipe. Les partisans devront donc attendre avant de voir une première victoire de leurs préférés en 2019.

La semaine de l’Everest

L’Everest visitera pour une deuxième fois les Panthères de Saint-Jérôme mercredi à compter de 19 h à l’aréna régional Rivière-du-Nord. En trois affrontements, l’Everest s’est incliné 3-2, 6-3, et l’a emporté 6-4 une seule fois. Ce sera une occasion pour l’Everest de se rapprocher des Panthères qui détiennent le 5e rang.

Vendredi, ce sera une première visite pour le Collège français de Longueuil à Montmagny et ce sera le deuxième affrontement entre les deux formations. Le 30 novembre dernier, l’Everest s’était incliné 3-1 à Longueuil. Ce sera donc un rendez-vous à compter de 19 h 30 le vendredi 11 janvier, à Montmagny.

Samedi, les Prédateurs de Saint-Gabriel-de-Brandon seront les visiteurs pour une deuxième fois. Le 11 novembre dernier, les Prédateurs s’étaient imposés par la marque de 6-3 face à l’Everest. La partie commencera à 16 h.