Les bienfaits du sport

Les bienfaits du sport

Nous sommes des élèves de 4e secondaire et nous étudions à l’école secondaire Chanoine-Beaudet de Saint-Pascal. Dans le cadre de notre cours de sensibilisation à l’entrepreneuriat, nous étions invités à réaliser un projet répondant à un besoin. C’est dans cette optique que nous avons décidée faire la promotion du sport, de ses bienfaits et de ce qu’on propose à l’école qui touche à celui-ci afin de convaincre les gens de se mettre à bouger. Nous avons pour but de rencontrer les jeunes de 5 et 6es années du primaire de l’école Mgr-Boucher de Saint-Pascal pour leur en parler. Dans le but de toucher le plus de personnes possibles, pas seulement des enfants, nous avons également écrit un texte sur les bienfaits du sport qui est disponible ci-dessous.

David Dionne-Pelletier, Antoine Francoeur et Marie-Loïse Deslandes

Le sport, un indispensable!

Plusieurs personnes utilisent toutes sortes d’excuses pour justifier le fait qu’ils ne veulent pas sortir de leur chez-soi. On en entend de toutes sortes : ça ne me tente pas, j’ai déjà quelque chose de prévu, il ne fait pas beau dehors… Parfois, c’est pour ne pas avoir à aller faire du sport. La grande majorité manque de motivation pour éteindre la télévision, la console ou encore le téléphone cellulaire, se lever du canapé et aller se faire bouger les jambes. Ils se disent qu’ils vont y aller le lendemain, reportant toujours à plus tard ce moment si fatidique à leurs yeux.

Pourquoi les gens devraient faire de l’exercice physique? Les statistiques issues de ce manque de volonté sont assez parlantes. De plus, les effets physiques et psychologiques sont si nombreux. Le fait de bouger ne peut être que bon pour le corps.

Des statistiques transparentes

Tout le monde sans exception devrait se mouvoir, car les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le taux d’obésité chez les jeunes Québécois est passé de 1,8 % à 9 % en

30 ans, selon les données de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) publiées dans une étude examinant l’évolution du poids des jeunes âgés de 12 à 17 ans, de 1978 à 2013. La proportion de surplus de poids a doublé entre 2009 et 2013, en comparaison à celle qui prévalait entre 1978 et 1979. Ça fait peur, mais nous pouvons encore inverser ce phénomène préoccupant.

Parents, amis, famille ou encore proches sportifs, c’est à vous de convaincre votre entourage de faire du sport. L’auteur de l’étude est formel : « Même un minimum d’activité physique peut avoir des effets positifs sur la santé. » En effet, une petite marche de 15 minutes pendant notre pause du midi, prendre l’escalier au lieu d’utiliser l’ascenseur, utiliser notre vélo au lieu de notre voiture pour un court trajet : ce sont toutes des actions simples qui peuvent tellement nous faire du bien.

Selon une étude de grande ampleur rapportée par le site du quotidien américain The New York Times et publiée dans la revue scientifique « European Journal of preventive cardiology », une mauvaise condition physique favorise autant les décès prématurés que le tabac. En effet, une mauvaise condition physique est autant dévastatrice que la cigarette. Si les fumeurs doivent arrêter de fumer, nous devons nous mettre au sport également. Cela va de soi. Chez les 18 ans et plus (Québec, 2011-2012) : 38,5 % étaient considérés comme actifs, 19,1 % comme moyennement actifs, 18,2 %, comme peu actifs et 24,2 % comme sédentaires. Tous ensemble, nous devons bouger. Nous devons rendre ces statistiques plus reluisantes. Les chiffres, c’est théorique. Maintenant, nous devons passer à la pratique, à la pratique du sport.

Un atout pour tout le corps

Les habitants de cette planète devraient bouger, car le sport est aussi bon pour le physique que l’est un « Tylenol » pour le mal de tête. Tout d’abord, l’entraînement nous assure une bonne condition physique ce qui, au-delà de l’amélioration de nos performances sportives, facilite notre vie quotidienne. Tout devient plus simple lorsqu’on pratique un sport régulièrement. Si nous y mettons du sérieux, c’est certain que les progrès ne tarderont pas.

L’activité physique protège contre les maladies cardio-vasculaires, peu importe l’âge et contre certains cancers, celui du sein chez la femme et celui de la prostate chez l’homme. On estime qu’un manque d’exercice physique est responsable de 18 % des cas de cancer du côlon chez l’homme et de 20­% chez la femme, mais aussi de 21 % des cas de cancer du sein et de 26 % des cas de cancer de l’endomètre chez la gente féminine.

Pourquoi se casser la tête à trouver des remèdes alors que nous avons juste à sortir dehors et à bouger ? Aussi, le fait de bouger réduit le risque de diabète, en plus d’être efficace dans le maintien du poids, de la forme en plus et de réduire les risques d’obésité. Il améliore également le sommeil et le processus de vieillissement et protège contre la perte d’autonomie. Que du positif ! Quelle est votre excuse maintenant ? Nous devrions bouger. Les bienfaits sont infinis.

Futur champion des échecs ?

Les terriens devraient faire de l’exercice physique, car il touche de nombreux aspects de la vie des Canadiens et il ne fait pas que les toucher, il l’améliore. Lorsque les enfants sont dans des équipes sportives, cela leur apporte du plaisir tout en leur apprenant l’esprit d’équipe, le sens des responsabilités et en favorisant leurs relations sociales. En d’autres mots, ils auront plus de facilité à se faire des amis. Il y a aussi ce sentiment d’appartenance qui fait sentir les jeunes si fiers d’eux, de leur équipe ou encore de leur école dans la victoire, mais aussi si déçus dans la défaite. Or, cette dernière leur apprend à surmonter petit à petit les épreuves difficiles.

Dans un cadre plus grand, le sport lutte efficacement contre le stress, la dépression et l’anxiété. Il améliore grandement notre mémoire. Après une bonne séance, nous sommes fiers de nous et nous avons raison de l’être. Un sentiment de bien-être nous envahit et cela augmente le niveau de notre échelle de bonheur. Du même coup, cela améliore notre estime de soi et nous permet de faire le vide dans notre petite tête (ce qui est si important après une grosse journée).

L’activité physique aide également à contrôler les dépendances (sauf celle du sport, malheureusement), à augmenter notre productivité ainsi qu’à améliorer notre gestion de la colère, de l’agressivité et de l’impulsivité. Aussi, le fait de bouger nous apporte une meilleure concentration dans la vie de tous les jours : à l’école, au travail ou encore à la maison. Il nous force à toujours vouloir repousser nos limites, à donner le meilleur de soi-même. Et par-dessus-tout, il améliore notre élaboration de tactiques dans les jeux de stratégie. Quoi de mieux que de devenir un « King » des échecs ? En bref, les bienfaits poussent à même le sol. Il suffit de se pencher pour les cueillir. En serons-nous capable ?

Finalement, autant les jeunes que les aînés devraient faire de l’exercice physique, car les bienfaits sont autant physiques que psychologiques et nous nous devons d’embellir ces statistiques. Nous devons nous mettre au sport ! Pensez-y un peu. Quels exemples voudriez-vous donner à vos enfants, présents ou futurs ?