La Maison du Kamouraska se dévoile tranquillement

La Maison du Kamouraska se dévoile tranquillement

Pascale Dumont-Bédard et Louise Lacoursière devant la Maison du Kamouraska.

Crédit photo : Maxime Paradis

Plus de détails ont été dévoilés concernant le projet de Maison du Kamouraska lors d’une conférence matinale s’adressant aux 55 ans et plus de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, le 14 mai dernier. Outre l’ouverture prévue à quelques jours de la fête Nationale, plus d’information a été communiquée en lien avec les différents services qu’elle doit abriter.

Accueil touristique, dôme immersif et halte marine, il s’agit là des trois volets connus depuis longtemps qui doivent habiter la future Maison du Kamouraska. L’ouverture est prévue le 21 juin prochain.

Selon Promotion Kamouraska, qui agira à titre de gestionnaire des opérations du site, l’accueil touristique doit se vivre différemment sur le terrain avec des préposés qui iront à la rencontre des gens autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Maison. « On ne veut plus qu’ils demeurent statiques derrière le comptoir. Notre désir est qu’ils soient en relation plus directe avec les visiteurs », de mentionner Pascale Dumont-Bédard, directrice générale de Promotion Kamouraska.

Lorsque la Maison sera fermée, un écran tactile installé à l’extérieur permettra de faire des recherches sur la région en dehors des heures d’ouverture traditionnelles. « Idéalement, on serait ouvert à l’année, mais l’alimentation en eau ne nous permet pas de le faire pour le moment. Malgré tout, on va essayer d’étirer la saison le plus possible au printemps et en automne », d’ajouter Mme Dumont-Bédard.

Toujours à l’intérieur, le Kamouraska ambitionne de mieux faire connaître son savoir-faire local et l’histoire de sa région à travers un dôme immersif qui offrira une projection vidéo sur 360°. À l’extérieur, toute l’aire de stationnement promet d’être réaménagée, notamment pour mieux accueillir les autobus de visiteurs. Sur le reste du terrain, la Ville de La Pocatière doit procéder à un rafraîchissement des infrastructures de détente, sans oublier l’installation de toilettes permanentes à l’extérieure qui était devenue une « nécessité », de confier la directrice générale de Promotion Kamouraska.

Halte marine

Portée par le Cégep de La Pocatière de 2009 à 2013, la halte marine est le troisième volet qui complétera l’offre de service de la Maison du Kamouraska. Précisons toutefois que c’est la Ville de La Pocatière qui en assure aujourd’hui la relance.

Évalué à 124 550 $, le projet halte marine bénéficie d’un investissement de 22 000 $ de la Ville de La Pocatière, 50 000 $ de l’Association touristique régionale (ATR) du Bas-Saint-Laurent, 43 650 $ de la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement et 8000 $ de la Fondation TD des amis de l’environnement. « Un autre montant doit être confirmé sous peu par Bombardier Transport », de poursuivre Louise Lacoursière, conseillère aux communications et au développement touristique à la Ville de La Pocatière.

À travers une exposition permanente, la halte marine promet de poursuivre sa vocation d’origine, soit mettre en valeur le marais de la Grande-Anse. Les cinq thèmes retenus pour l’exposition sont la végétation, les oiseaux, les marelles (NDLR : eau laissée sur terre lors de la marée descendante), l’histoire de La Pocatière et la géologie.

De plus, la halte marine s’annonce aussi interactive avec des panneaux audio et informatifs, des plantes comestibles à déguster et un aquarium présentant différents organismes vivants du marais. Le Cégep de La Pocatière, la Société historique de la Côte-du-Sud et OBAKIR ont été consultés afin de développer le contenu de l’exposition. « L’an prochain, on désire ramener les activités d’interprétation dans le marais et voir à développer des aménagements pour les faciliter », de conclure Mme Lacoursière.