Les Jeux du Québec 2021 auront une couleur kamouraskoise

Les Jeux du Québec 2021 auront une couleur kamouraskoise

Karine Malenfant devant le Centre Bombardier.

Crédit photo : Maxime Paradis

La finale des Jeux du Québec de 2021 ne sera pas seulement louperivoise. En fait, près du tiers des compétitions se dérouleront au Kamouraska et plusieurs des athlètes y seront également hébergés.

Sur les 19 disciplines prévues au calendrier de ces jeux d’hiver, six se tiendront à La Pocatière et Saint-Pascal lors de la prochaine finale des Jeux du Québec prévu à Rivière-du-Loup, du 26 février au 6 mars 2021. À La Pocatière, le Centre Bombardier accueillera le patinage artistique et le hockey féminin. À Saint-Pascal, l’escrime et le basketball en fauteuil roulant auront lieu à l’école secondaire Chanoine-Beaudet, tandis que la ringuette et le hockey masculin se tiendront au Centre sportif. « Environ le quart des 3500 athlètes dormiront aussi à Saint-Pascal à l’école secondaire Chanoine-Beaudet et à l’école primaire Mgr-Boucher », d’indiquer Karine Malenfant, directrice générale du Comité organisateur de la finale des Jeux du Québec – Rivière-du-Loup.

Cet automne, les différentes fédérations sportives doivent d’ailleurs visiter toutes les installations sportives déterminées pour la présentation des Jeux et suggérer des améliorations, au besoin, pour la tenue des compétitions. « Une deuxième visite est aussi prévue plus près des jeux », de déclarer Karine Malenfant.

« Environ le quart des 3500 athlètes dormiront aussi à Saint-Pascal à l’école secondaire Chanoine-Beaudet et à l’école primaire Mgr-Boucher. » – Karine Malenfant

Retombées économiques

L’organisation des Jeux du Québec évalue des retombées économiques de 10 M$ pour les régions de Kamouraska et de Rivière-du-Loup. Comme le mentionne Karine Malenfant, plusieurs décisions ont d’ailleurs été prises par le Comité organisateur afin de les maximiser. « On a une politique d’achat et d’approvisionnement qui vise les entreprises du territoire de ces deux MRC », précise-t-elle.

De plus, elle ajoutait qu’au-delà des retombées économiques, il y a tout le legs des Jeux qui n’est pas à négliger pour la région. « Comme il n’y a pas d’infrastructures proprement dites à bâtir, notre Comité veut le plus possible favoriser l’achat d’équipements sportifs pour les compétitions, au lieu de les louer. Ces équipements pourront rester à l’usage des clubs sportifs locaux à la toute fin des Jeux », de mentionner la directrice générale.

Employés et bénévoles

À terme, l’organisation des Jeux du Québec – Rivière-du-Loup 2021 doit compter autour de 40 employés. Karine Malenfant soulignait qu’un travail en étroite collaboration avec les institutions d’enseignement de la région serait fait pour en recruter. « On a besoin de gens en loisirs, en graphisme, en soins préhospitaliers, en soins infirmiers, en administration et en même en alimentation. Il y a encore des maillages à établir, mais pour de jeunes finissants de la région ou des étudiants à la recherche de stages non loin de chez eux, les Jeux du Québec leur offrent une belle opportunité d’acquérir une première expérience professionnelle dans leur domaine d’étude. »

Côté bénévoles, 2500 seront nécessaires pour la tenue de ces jeux. Un programme avec la Commission scolaire de Kamouraska—Rivière-du-Loup doit être mis sur pied prochainement afin d’en recruter quelques-uns au sein de sa population étudiante. « L’objectif du programme est de redonner le goût à l’implication chez les jeunes. Oui, on espère qu’ils s’impliqueront pour les Jeux du Québec, mais on veut surtout être une bougie d’allumage pour qu’ils poursuivent leur bénévolat auprès d’autres organisations par la suite », de conclure Karine Malenfant.