Chasse à l’ours : la technique à deux barils

Chasse à l’ours : la technique à deux barils

La chasse à l’ours est une véritable passion pour moi mais puisque mes sites sont situés à 5 heures de voiture, j’ai dû expérimenter bien des techniques pour maximiser la fréquentation de ces visiteurs à mon site. Il n’y a rien de plus frustrant que de faire un si long trajet pour se rendre compte que très peu ou aucun ours n’ont commencé à fréquenter son site. Voici donc les conclusions de mes dernières années d’observations qui m’ont permis d’avoir de l’action à profusion dès ma première séance d’affût.

Pour obtenir du succès à la chasse à l’ours, il faut comprendre comment fonctionne cette bête et comment elle interagit avec ses congénères. L’ours est un animal omnivore qui mange tout ce qui lui passe sous le nez mais il est surtout très opportuniste et pour lui la loi du moindre effort est sa marque de commerce. Si vous lui fournissez un bon repas, il adoptera votre site tant qu’il y aura de la nourriture pour combler son insatiable envie de manger mais s’il en manque, il quittera les lieux après deux ou trois visites infructueuses. C’est donc un défi de taille lorsqu’on ne peut pas aller ravitailler son site de façon régulière. Pour obtenir du succès à chaque année, j’ai donc développé la stratégie suivante et force est d’admettre que cela fonctionne merveilleusement bien.

Premièrement, il faut comprendre que si l’on chasse sur un territoire d’environ 10 km2, il est préférable de se limiter à un seul site appâté. L’ours a un odorat excessivement développé et si vous avez par exemple 3 sites sur un tel territoire, vous verrez les mêmes ours à chacun de vos sites et vous risquez de ne pas être posté au bon endroit lorsque vous irez chasser. Je vous suggère donc de mettre tous vos œufs dans le même panier mais de façon stratégique. Depuis quelques années, je n’ai qu’un site mais j’y ai installé deux barils distancés d’environ 10 mètres. Les premières années, je permettais librement aux ours d’accéder à la nourriture après avoir déplacé quelques rondins mais ces derniers vidaient le contenu de mes barils dans un temps record avec comme résultat qu’ils délaissaient mon site avant que je n’aie le temps de le ravitailler. J’ai donc décidé de fermer l’ouverture de mes barils et de percer plutôt des trous d’un pouce de diamètre tout autour de celui-ci pour compliquer la tâche des ours à accéder à la nourriture.

En procédant ainsi, j’attache le baril avec un chaîne mais je laisse suffisamment de jeu pour que l’ours puisse tourner le baril dans tous les sens pour faire tomber les grains de maïs ou d’avoine prisonnier dans le baril.  De cette façon, la nourriture peut durer au moins deux semaines pour un site qui est visité par une dizaine d’ours ce qui est amplement suffisant pour moi. J’installe deux barils distancés d’une dizaine de mètres car je veux permettre à plusieurs ours d’accéder à la nourriture en même temps. Puisque les barils sont retournés sur eux-mêmes, il y a de la nourriture partout au sol sur des dizaines de mètres ce qui facilite la promiscuité des ursidés dans un rayon assez restreint. Depuis que je procède ainsi les visites des ours à mon site ont explosé et j’ai même pu observer 8 ours en même temps l’an dernier. Du jamais vu pour moi! Bonne chasse!