Chasse à l’oie des neiges : faites affaire avec un guide pour vous initier

Chasse à l’oie des neiges : faites affaire avec un guide pour vous initier

Des oies blanches récoltées par l'auteur à St-Roch-des-Aulnaies

Crédit photo : Line Garceau

Comme vous le savez certainement, la région de Kamouraska L’Islet est reconnue pour abriter une importante population d’oies blanches. Bien que je demeure dans la région depuis bientôt 10 ans, c’est le seul genre de chasse que je n’ai pas eu l’occasion d’expérimenter souvent.

L’accessibilité à un territoire jumelée à l’équipement tout de même assez important à acquérir ne sont certainement pas étrangers au manque d’occasions de me mesurer à ce superbe oiseau. Bien entendu avant d’investir temps et argent au niveau de la chasse à l’oie, je voulais être certain que j’allais aimer ce défi et je ne suis pas le seul à penser ainsi. J’ai donc décidé de faire affaire avec un guide spécialisé dans ce type de chasse pour me mesurer aux blanches de la Côte du Sud. Ce dernier possède toutes les autorisations nécessaires pour accéder à des terrains à fort potentiel en plus de l’équipement nécessaire en matière d’appelants et d’appeau électronique.

Un guide de chasse professionnel est bien entendu à votre service pour vous faire vivre une expérience couronnée de succès mais il peut aussi devenir un véritable pédagogue. Il n’en tient qu’à vous de lui poser toutes les questions qui vous passent à l’esprit concernant cette chasse qui demande bien des connaissances. Il est à noter qu’au printemps la chasse et le matériel de chasse sont permis uniquement sur les terres agricoles. Ce n’est qu’à l’automne que l’oie des neiges peut être chassée aux abords du fleuve. Les chasseurs intéressés à participer à la récolte de conservation des oies des neiges au printemps doivent avoir en poche leur permis fédéral de chasse aux oiseaux migrateurs 2017 en plus de leur permis de chasse au petit gibier 2018.

L’oie des neiges : une espèce surabondante

Les populations d’oies des neiges ont augmenté considérablement depuis plusieurs décennies et leurs effectifs sont largement supérieurs aux objectifs de taille de population. En réponse aux préoccupations concernant les répercussions potentielles de ces oies sur leur habitat, l’oie des neiges a été désignée « espèce surabondante ». Une population surabondante est celle pour laquelle le taux de croissance de la population menace directement la conservation des oiseaux migrateurs (eux-mêmes ou d’autres) ou leurs habitats, ou encore est nuisible ou menaçante pour l’agriculture, l’écologie des milieux ou d’autres intérêts similaires. La désignation « surabondante » fournit alors des outils pour tenter de contrôler l’augmentation des effectifs des populations en permettant entre autres une période spéciale de conservation tenue au printemps où les chasseurs sont autorisés exceptionnellement à chasser les oies des neiges.

Sur la Côte du Sud, il existe plusieurs guides de sauvagine qui proposent une chasse printanière à l’oie des neiges. Il en coûte généralement environ 150$ pour pouvoir être initié à cette chasse fort excitante. C’est un coût très raisonnable considérant que le guide s’occupe de tout et que vous n’avez qu’à apporter vos permis, votre fusil ainsi que vos munitions. À titre d’exemple, le guide Pierre Mondoux offre ses services à St-Roch-des-Aulnaies (www.pierremondoux.com). La limite de prise quotidienne d’oie des neiges est de 20 et la chasse printanière se termine le 31 mai. Bonne chasse!