Sur la route des vacances : du camping en mini-roulotte pour une famille de six

Sur la route des vacances : du camping en mini-roulotte pour une famille de six

Marie-Andrée Lagueux photographiée devant sa mini-roulotte vintage avec ses quatre enfants : Françoise, Lorraine, Étienne et Guillaume Martel, âgés entre 6 et 11 ans.

Crédit photo : Courtoisie Marie-Andrée Lagueux

Le camping a toujours eu la cote chez les familles. Simple et accessible, il est souvent la recette parfaite pour des vacances de rêves. Alors que le marché abonde en roulottes toujours plus grosses et spacieuses pour répondre aux nouveaux standards de la modernité, une famille de deux adultes et quatre enfants de La Pocatière a choisi d’épouser la simplicité volontaire en se procurant une mini-roulotte usagée des années 80. Et il y a assez de place pour tout le monde… à l’heure des repas.

Marie-André Lagueux rêvait de sa mini-roulotte usagée depuis longtemps. Et elle ne semble pas être la seule, car selon ses dires, toutes celles qui finissent par se retrouver en vente trouvent preneur rapidement. « Il y a un engouement pour les mini-roulottes vintages de type Boler ou U-Haul. Et elles sont de plus dispendieuses », de préciser la nouvelle propriétaire.

Heureusement, Marie-André et son conjoint, Patrick Martel, ont pu dénicher la leur pour pas trop cher, après des mois de recherches. Une roulotte plus grande aurait sûrement été plus pratique aux yeux de plusieurs, étant donné qu’ils ont quatre enfants, mais ce n’est pas ce qu’en pense la principale intéressée. « C’est très avantageux comme type de roulotte. C’est léger, donc elle peut être tirée par à peu près n’importe quel type de voiture et c’est facile d’utilisation », mentionne-t-elle.

Notre histoire, c’est celle d’à peu près tous ceux qui ont une mini-roulotte aujourd’hui. On a goûté à la liberté qu’offrait un Westfalia par le passé et là on cherchait quelque chose avec un habitacle qui s’y apparente, mais qui est indépendant de la mécanique du véhicule, qui elle peut faire défaut.

Parfum de Westfalia

Au-delà de sa simplicité d’utilisation, c’est le désir de liberté qui semble avoir motivé l’achat de Marie-André et son conjoint. « Notre histoire, c’est celle d’à peu près tous ceux qui ont une mini-roulotte aujourd’hui. On a goûté à la liberté qu’offrait un Westfalia par le passé et là on cherchait quelque chose avec un habitacle qui s’y apparente, mais qui est indépendant de la mécanique du véhicule, qui elle peut faire défaut », explique-t-elle.

De plus, elle ne s’en cache pas, elle avoue qu’ils étaient également envieux de deux de leurs couples d’amis qui possèdent chacun une mini-roulotte usagée depuis un certain temps. « Ça nous a donné le goût, c’est sûr. En plus, un de ces couples a une famille encore plus grosse que la nôtre avec cinq enfants », s’exclame-t-elle.

Camping

Il y a plus d’une semaine. Marie-Andrée et sa famille partaient en camping pour la première fois avec leur mini-roulotte. Comment se sont-ils organisés pour les couchers ? « La table se convertit en grand lit double et la banquette fait un lit superposé. Les enfants dorment à l’intérieur et nous dans une tente à l’extérieur », de raconter Marie-Andrée. D’ailleurs, les enfants auraient tellement adopté la mini-roulotte qu’ils y dormiraient même lorsqu’elle est stationnée derrière la maison.

À l’heure des repas, il y aurait assez d’espace pour qu’ils puissent s’entasser tous les six autour de la table. Et quand il pleut? « On s’organise en conséquence en choisissant des activités pour les jours de pluie », d’indiquer la maman.

À la fin de l’été, la famille Lagueux-Martel doit reprendre la route avec sa mini-roulotte. Direction : Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ils seront accompagnés de leurs couples d’amis également propriétaires de mini-roulottes. « On sera six adultes et 11 enfants pour trois mini-roulottes. Ça promet! », de conclure Marie-Andrée.