La Remontée accueille une association française

La Remontée accueille une association française

On peut, entre autres, reconnaître sur cette photo : Hélène Caron de La Remontée, Amandine Ruel, Christine Even, Brigitte Laurent ainsi qu’Anthony, Jérémie, Jean-Paul, Rose-Marie et Loïc.

Crédit photo : Maurice Gagnon

SAINT-JEAN-PORT-JOLI — Un groupe de cinq adultes ayant une déficience intellectuelle, membres de l’association Handi Cheval Mayenne, de Laval en France, a participé à un séjour d’équitation thérapeutique au centre La Remontée de Saint-Jean-Port-Joli.

Cette association est en quelque sorte l’équivalent de La Remontée en France, à la différence qu’elle ne possède pas ses installations. Les cavaliers qui en sont membres se déplacent dans une dizaine de centres équestres de leur territoire. « Environ 80 personnes fréquentent l’association chaque semaine », explique Amandine Ruel, éducatrice.

Handi Cheval Mayenne utilise le cheval à des fins thérapeutiques et rééducatives, d’insertion et d’éducation spécialisée, de sport et de loisirs et d’insertion professionnelle. L’association s’adresse à des personnes présentant une déficience mentale ou un trouble de la personnalité, un handicap physique ou sensoriel ou des troubles de comportements.

Pour la plupart des participants, c’était la première fois qu’ils s’éloignaient de leur famille aussi longtemps, 12 jours. Il s’agit du 3e voyage de l’association en terre québécoise. Un premier voyage a eu lieu en 2004 à Sherbrooke. « En 2010 et 2017, nous sommes venus ici, avec Hélène Caron, à La Remontée », précise Mme Ruel.

Un défi

Les participants se sont dits heureux de faire ce voyage. Pour certains, il s’agissait d’un premier contact avec la neige. Christine Even, accompagnatrice, rêvait de venir au Québec depuis longtemps. D’accompagner le groupe comme bénévole lui en a donné l’occasion. Elle est aussi médecin.

« Chaque nouvelle rencontre, le voyage, le froid, sont autant de défis pour eux », ajoute Brigitte Laurent, accompagnatrice. Le but est de leur montrer que le handicap n’est pas un frein.

L’association préparait ce projet depuis deux ans. Amandine Ruel se réjouit de pouvoir compter sur une solide équipe de bénévoles et sur l’appui de nombreux partenaires. Riche au plan humain, cette aventure est aussi pour elle une occasion de partager des façons de faire. Si certaines pratiques sont différentes, une chose est sûre, le cheval apporte les mêmes bienfaits.