Mylène Paquette fière de son protégé Joseph Gagnon

Mylène Paquette fière de son protégé Joseph Gagnon

Joseph Gagnon et Mylène Paquette lors d’une rencontre en février dernier.

Crédit photo : Courtoisie

Celle qui a été la première personne des Amériques à avoir traversé l’Atlantique Nord en solitaire à la rame se dit bien fière de celui qu’elle appelle son protégé, Joseph Gagnon de Saint-Jean-Port-Joli, qui traverse actuellement la mer à la rame en duo.

Mylène Paquette a traversé l’Atlantique Nord en solo en 2013 en 129 jours. Sa traversée l’a rendue très célèbre. En 2011, elle avait rencontré Joseph Gagnon et son père une première fois à Saint-Jean-Port-Joli. Elle a aussi traversé la mer avec le père de Joseph à la voile en 2012. « Quand Joseph m’a demandé des conseils en prévision de son projet, il était tout jeune encore. Je me rappelle d’avoir téléphoné ses parents pour leur demander si je pouvais l’aider », dit-elle en riant.

Elle lui a donc fourni plusieurs conseils, qu’il a suivis à la lettre. En mer, elle lui envoie des énigmes par texto pour occuper son esprit. « Mes amis m’envoyaient des devinettes et je me concentrais là-dessus pendant que je ramais », se souvient-elle.

Mylène Paquette est heureuse de constater que Joseph est dans son élément durant cette traversée à deux, malgré les pépins rencontrés en raison de l’état de santé de son partenaire.

Certains moments que vit Joseph présentement lui rappelle aussi son expérience. « C’est difficile de prendre des décisions éclairées, quand c’est notre projet. On est influencés par tous les gens qui nous aident et ça, je me suis reconnue dans Joseph, je le voyais aller et je me disais : Mon dieu, je me rappelle. J’avais un paquet de bénévoles pour m’aider et c’était difficile de prendre des décisions », dit-elle.

Quand on le connaît, ce gars-là n’est pas un jeune normal. Il a vraiment quelque chose de particulier. Il a une volonté, du brillant dans les yeux.

Jeune

Selon elle, il ne faut pas s’arrêter au jeune âge de Joseph, qui a 20 ans et qui vient de terminer son Cégep, ajoute Mylène Paquette. « Quand on le connaît, ce gars-là n’est pas un jeune normal. Il a vraiment quelque chose de particulier. Il a une volonté, du brillant dans les yeux. Je ne pourrais pas dire ça de tous les jeunes de 20 ans, mais de 35 et 50 ans non plus. Il est chanceux aussi il est entouré de super parents. Il a des gens autour de lui pour l’aider. »

Mylène Paquette, qui quittait pour les vacances peu après notre entretien, ne pourra pas accueillir Joseph en Irlande à son arrivée sur terre, mais entend lui dire qu’il doit être fier de lui et qu’elle-même est aussi fière de lui. Elle croit qu’il est prêt pour entamer sa traversée en solo l’an prochain.