Madeleine Bélanger : une femme d’humanité

Madeleine Bélanger : une femme d’humanité

Mme Madeleine Bélanger devant sa bibliothèque.

Crédit photo : Maurice Gagnon

Par son implication bénévole, Mme Madeleine Bélanger de Sainte-Anne-de-la-Pocatière se distingue par sa bienveillance à l’égard des autres. C’est cette femme d’humanité que nous avons choisi de mettre en lumière pour souligner la Journée internationale des Femmes, ce 8 mars.

L’enseignement aura été au cœur de la carrière professionnelle de Mme Bélanger. Elle a consacré 35 ans à cette profession, soit 12 au primaire et 23 au secondaire. Détentrice d’un brevet de l’école normale de L’Islet, elle enseigne, de 1952 à 1954, aux élèves de niveau primaire à Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Entre 1955 et 1957, Mme Bélanger œuvre à la mise en place des services diocésains pour le nouveau diocèse de Sainte-Anne. Elle revient à l’enseignement en 1957. Jusqu’en 1963, elle enseigne aux élèves du primaire de Fort-Coulonge dans le comté de Pontiac. De 1963 à 1966, elle occupe le poste de directrice de l’école primaire de Davidson (Pontiac) tout en continuant d’enseigner.

En 1967, après le décès de son père, elle revient avec son mari, Louis LeBlanc, qu’elle a connu à Fort-Coulonge, pour prendre la responsabilité de la ferme. Il faut dire que Madeleine est l’aînée d’une famille de 16 enfants. Onze étaient encore à la maison quand son père est décédé. Elle habite toujours cette magnifique maison de pierres en bordure de la route 132.

En même temps qu’elle continue sa carrière d’enseignante à La Pocatière, elle étudie à l’Université Laval d’où elle obtient ses baccalauréats es art et en pédagogie en 1972. Mme Bélanger a travaillé pour la Commission scolaire Pascal-Taché de 1967 à 1973 et pour le Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, de 1974 à 1991.

Le bénévolat

Les premiers engagements bénévoles de Mme Bélanger remontent à 1954. Elle s’engage alors dans les mouvements d’action catholique qui s’implantent dans le diocèse. De 1957 à 1967, à Fort-Coulonge, elle est membre des Dames Hélène de Champlain et responsable des activités de développement culturel et social des membres ainsi que de la promotion de la culture canadienne-française.

Son principal engagement, et celui qui marquera l’existence de nombreux réfugiés du Sud-est asiatique, elle le fera au sein de l’AMIE (Aide médicale internationale à l’enfance). Membre fondatrice en 1974, elle en sera respectivement secrétaire générale et directrice générale jusqu’en 2000, et ce, de façon bénévole. L’organisme aura permis, ce qui était une première à la fin des années 1970, d’accueillir au Québec de jeunes réfugiés du Sud-est asiatique d’âge mineur. « De 1975 à 1979, on ne faisait que du parrainage », précise Mme Bélanger. Le droit d’accueillir de jeunes Cambodgiens et Vietnamiens est arrivé en 1979. Le parrainage de familles de réfugiés par les paroisses a débuté en 1980.

Déjà parents d’une fille, le couple Bélanger-LeBlanc a lui aussi accueilli trois jeunes cambodgiens réfugiés des camps de Thaïlande entre 1979 et 1984.

Projets de développement

L’AMIE est devenue une ONG en 1982 avec la possibilité de mettre en place des projets de développement internationaux. L’organisme est intervenu dans 25 pays et il est encore actif dans 16 pays. « La mission de l’AMIE est toujours restée la même : l’éducation et le développement des enfants», ajoute Madeleine Bélanger, responsable bénévole depuis 1996 de dossiers de parrainage en Haïti.

Bien qu’elle ait œuvré pour un organisme à vocation internationale, Madeleine Bélanger n’a pas été pour autant une grande voyageuse. Elle a participé pour l’AMIE à l’inauguration d’un dispensaire en République dominicaine et pris part à une mission au Maroc à l’invitation du ministère de la Santé pour constater les besoins des enfants handicapés.

Parmi les autres implications de Mme Bélanger, mentionnons qu’elle a été en 1985 membre fondatrice de l’Institut de développement nord-sud et animatrice spirituelle au sein de l’Association Marie Reine, cercle 106, de 1993 à 1997 et elle l’est de nouveau depuis 2006. De 1993 à 2001, elle a animé l’émission Il est une foi sur les ondes du canal VOX. Depuis 2005, elle est animatrice de l’émission Voie de vie à CHOX-FM de La Pocatière.

Récompenses

Madame Bélanger a reçu au fil des ans de prestigieuses récompenses. Le 3 mai 2001, elle a reçu la Médaille Hommage bénévolat-Québec, catégorie Bénévole international. Le 27 mai, la Société Saint-Jean-Baptiste lui remettait le Mérite diocésain. Le 20 février 2002, elle était récipiendaire du prix du Gouverneur général. Elle a été gratifiée en 2003 de l’Ordre Painchaud de la Fondation Bouchard du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Le 26 juillet 2006, Mgr Clément Fecteau, évêque du diocèse de Sainte-Anne, lui a remis la Médaille du Mérite diocésain. L’animation de Voie de vie lui a valu en 2010 l’hommage Communication et Société décerné par Communication et Société. Le 12 juin 2010, elle a été nommée présidente honoraire de L’AMIE. En juin 2016, elle a reçu le prix du lieutenant-gouverneur pour son implication diocésaine. En décembre dernier, elle a reçu la médaille du Souverain pour le bénévolat.