Glissez-déposez ce lien sur l'icône "Maison" de votre naviguateur.
[Fermer]
Journal en ligne

Version du 1 octobre 2014

À lire en ligneLe journal en ligne

Liste de diffusion

Abonnez-vous gratuitement à l'infolettre quotidienne

Membre de :

Hebdos Québec
Réseau Sélect
CHOX TVCK
InfoDimanche

AFFAIRES PUBLIQUES ET ÉCONOMIE


12 août 2013 à 12h00

Oléoduc : La résistance s’organise

Plus de 125 personnes étaient présentes à la séance d’information publique sur le projet Énergie Est de Trans Canada, jeudi dernier à Mont-Carmel

Plus de 125 personnes étaient présentes à la séance d’information publique sur le projet Énergie Est de Trans Canada, jeudi dernier à Mont-Carmel
Photo: Bruno Lacroix

Plus de 125 personnes étaient présentes à la séance d’information publique sur le projet Énergie Est de Trans Canada, jeudi dernier à Mont-Carmel
Photo: Bruno Lacroix

MONT-CARMEL – Alors que seulement les propriétaires concernés par le projet Énergie Est résidant sur le tracé préliminaire d’un oléoduc sur les terres du Kamouraska-L’Islet étaient invités à la demande de Trans Canada à Sainte-Louise, le 23 juillet dernier (voir autre texte), ils étaient près de 150 à prendre part à une rencontre d’information, cette fois publique, organisée par Terra-Terre solutions écologiques, jeudi dernier, à la salle municipale de Mont-Carmel.

Pour l’occasion, Steven Guilbeault et Geneviève-Aude Puskas d’Équiterre, ainsi que Kim Cornelissen, vice-présidente de l’Association de lutte contre la pollution atmosphérique, ont présenté, entre autres, les effets néfastes et les risques de l’exploitation des sables bitumineux sur l’environnement et des stratégies énergétiques plus efficaces et intégrées, dont la biométhanisation, l’éolien, les panneaux solaires ou encore l’éco-construction.


Steven Guilbeault en entrevue

Selon Steven Guilbeault, « si on accepte le projet de Trans Canada, on est complice ». Pour Mme Cornelissen, une nouvelle résidente du Kamouraska, le projet Énergie Est de Trans Canada vient nuire aux efforts de développement du projet du Haut Pays du Kamouraska. « Les élus ont leur mot à dire, les citoyens aussi », mentionne-t-elle, avant que la conférence se transporte vers une période de questions et sur des échanges de pistes d’actions.

Pour en savoir plus sur ce projet d’oléoduc de 4 400 kilomètres partant de l’Alberta jusqu’à St-John’s au Nouveau-Brunswick, on peut se rendre sur www.equiterre.org/sablesbitumineux ou encore www.transcanada.com.

Mouvement Stop Énergie Est

Pendant près d’une heure, les invités ont répondu aux questions et inquiétudes des participants, principalement des résidents des MRC de L’Islet et du Kamouraska. « Si l’Office National de l’Énergie (Canada) et le gouvernement du Québec acceptent le projet, rien n’empêchera l’installation du pipeline », de préciser Mme Cornelissen, transportant le débat vers une période d’échanges sur des pistes d’actions et vers la création d’un comité régional.

De son côté, l’organisateur de la rencontre M. Simon Côté soulève que « suivant les suggestions des citoyens présents, un groupe local sera créé afin de réfléchir et de mettre en place une stratégie de sensibilisation des communautés et d’opposition au projet. Un nom préliminaire a été proposé : Mouvement Stop Énergie Est ».

Action concrète

De façon concrète, Mme Chantal Audet, propriétaire d’une terre à Saint-Aubert, sur lequel le pipeline pourrait passer, a expliqué à l’audience la démarche qu’elle et un groupe d’une quinzaine de citoyens ont réalisée lundi dernier (5 août).


Chantal Audet et un groupe de citoyens de Saint-Aubert ont déjà une action de résistance à leur actif.

« Nous nous sommes présentés, dit-elle, au conseil municipal pour faire adopter deux résolutions dont l’une expédiée au ministère pour que le BAPE soit impliqué dans le processus et l’autre pour mandater notre maire pour qu’il demande la même chose aux autres municipalités de la région ».

Si vous désirez faire partie du comité, vous pouvez vous rendre sur le site de Terra Terre solutions écologiques à www.terra-terre.ca, communiquer à mob.stop.energie.est@gmail.com ou encore participer aux deux prochaines séances : L’Isletville le 19 août à 19 h à la Salle des Chevaliers de Colomb (247, Nilus-Leclerc); et Cabano le 20 août à 19 h à l’Auberge Internationale.

plus de nouvelles plus de nouvelles




Vos commentaires sur cet article

4 commentaires / Ajouter un commentaire


Encore des pellteux de nuages qui vont nous dire comment penser. Ces grands prêtres de la nouvelle religion écologique sont-ils venu nous voir à bicyclette ? Ben sûr que non eux aussi s'en servent du pétrole. Ils chialent contre le pétrole Albertain mais ne disent mot sur les 8 milliards de dollars que nous envoie l'Alberta en péréquation chaque année. C'est beau les maisons écologique mais faut avoir les moyens de les construire.

W. Bossé


Ben non, On est bien mieux de transporter le petrole en train! (sarcasme) pauvres idiots...

eric s


Je propose à Mme Audet, si jamais elle vit des produits de sa terre, qu'elle n'utilise plus aucune machinerie alimentée par le pétrole. Qu'elle retourne à la faux et à la charrue tirée par des boeufs. C'est beau avoir des idéaux mais encore faut-il être consequent.

Isabelle Robillard


Guilbeault qui fait encore de siennes. On sait il est a la solde de qui ce beau causeur...

dan st-hilaire

Faites-nous part d'une nouvelle

Dégagement ce matin

Conditions actuelles

La Pocatière

9 °C