Financement gouvernemental inéquitable : de l’espoir pour le Camp musical de Saint-Alexandre

Financement gouvernemental inéquitable : de l’espoir pour le Camp musical de Saint-Alexandre

Le Camp musical de Saint-Alexandre espère toucher sa juste part de financement via le nouveau programme de financement du Ministère de la Culture et des Communications.

Crédit photo : Photo tirée de Facebook.

Après avoir multiplié les sorties publiques et les rencontres avec le Ministère de la Culture et des Communications du Québec pour dénoncer un financement inéquitable comparativement à d’autres établissements de même nature au Québec, le Camp musical de Saint-Alexandre a bon espoir de voir cette situation corrigée sous peu.

C’est la mise en place d’un nouveau programme d’aide financière intitulé Aide au fonctionnement pour les organismes de formation en art au Ministère de la Culture et des Communications du Québec qui donne espoir au directeur général, Mathieu Rivest. Celui-ci s’adresse aux organismes de formation en art qui ne relèvent pas du système d’éducation ou de l’entreprise privée à but lucratif et qui dispensent une formation reconnue, notamment en musique.

Il distingue également les organismes en fonction de leur envergure qui est déterminée par la présence d’un nombre significatif d’élèves ou d’étudiants et de leur provenance. « L’an dernier, on a formé 500 personnes au Camp musical et 21 % de notre clientèle provenait de l’international », d’indiquer le directeur, qui veillera à ce que son organisation reçoive sa juste part via ce nouveau programme d’aide financière.

Représentations

Depuis 10 ans, le Camp musical de Saint-Alexandre multipliait les représentations auprès des députés successifs et du Ministère pour dénoncer une situation jugée inéquitable en terme de financement gouvernemental. « En comparaison avec des établissements de même nature, on recevait une subvention inférieure. Au ministère, on qualifiait cette situation de “biais historique” et rien n’était fait pour corriger la situation », d’expliquer Mathieu Rivest.

En comparaison avec des établissements de même nature, on recevait une subvention inférieure. Au ministère, on qualifiait cette situation de “biais historique” et rien n’était fait pour corriger la situation.

Le 15 février dernier, il s’est rendu à Rimouski avec son président, Normand Provençal, pour sensibiliser de nouveau le ministère à leur situation. « Le programme prend fin bientôt et on sent qu’il y a une volonté de corriger le tir. On espère que les nouveaux critères prendront compte de certaines propositions qu’on a faites par le passé », mentionnait-il, à l’époque. C’est en avril dernier que le Ministère a fait connaître les modalités du nouveau programme.

Bonne posture

Malgré cette iniquité qui a perduré pendant 10 ans, Mathieu Rivest estime que le Camp musical de Saint-Alexandre est en bonne posture financière. « On s’est beaucoup développé ces dernières années, notamment grâce à notre fondation. Mais on fait toujours moins de promotions que les autres camps et on paye encore nos enseignants moins cher qu’eux également », déclare-t-il.

Selon lui, si le Camp musical est en mesure de toucher sa juste part de l’aide financière provenant du nouveau programme du Ministère, c’est toute la région qui rayonnera davantage. « On fait déjà des petits miracles avec peu de moyens. Imaginez tout ce qu’on pourrait faire, si on nous en donnait plus », de conclure Mathieu Rivest.