Un élève, un iPad sans frais pour l’École de Saint-Marcel

Un élève, un iPad sans frais pour l’École de Saint-Marcel

L’école de Saint-Marcel dans L’Islet-Sud veut prendre un virage un élève, un iPad.

École primaire de Saint-Marcel dans L’Islet-Sud s’apprête à faire un virage technologique sans précédent. Dès l’automne 2017, elle veut rendre disponible un iPad par élève pour l’enseignement, et cela, sans frais supplémentaire pour les parents.

La directrice de l’école, Mme Suzanne Gendron, ne s’en cache pas, elle est une mordue des technologies. Toutefois, ce n’est que lors de la révision du projet éducatif de l’école, l’automne dernier, que l’idée d’un élève, un iPad s’est glissé parmi les trois orientations retenues. « J’ai fait des recherches et je me suis inspiré d’un rapport préliminaire paru en décembre 2013 qui s’intitule L’iPad à l’école : usages, avantages et défis. Les conclusions de ce rapport sont le résultat d’une enquête menée auprès de 6057 élèves et 302 enseignants du Québec », précise-t-elle.

Parmi les avantages soulevés, mentionnons l’augmentation du temps d’enseignement et d’apprentissage pour les enfants qui n’ont plus à passer d’un cahier à un autre et la rapidité de communication entre l’élève et l’enseignant. « C’est un outil qui rejoint beaucoup les garçons et qui aide les enfants qui ont des problèmes d’organisation avec le matériel scolaire, entre autres. En quelque sorte, ça aide à contrer le décrochage scolaire plus tard », d’ajouter la directrice.

Enseignement

Fort audacieux, le projet de l’École de Saint-Marcel se démarque sur plusieurs aspects. Tout d’abord, il sera le premier du genre à être implanté au sein d’une école primaire de la Commission scolaire de la Côte-du-Sud. De plus, il évacuerait complètement les manuels scolaires et les cahiers de notes. « On parle d’une utilisation maximale pour les élèves de deuxième et troisième cycle et d’une utilisation à mi-temps pour les premières et deuxièmes années, où les méthodes d’enseignement traditionnelles sont mieux adaptées pour répondre au développement de la motricité des enfants qui est fort important à cet âge », d’expliquer Mme Gendron.

Cette adaptation, Suzanne Gendron ne le voit pas comme un désavantage. Au contraire, elle estime que les bienfaits derrière l’utilisation de la tablette numérique pour l’enseignement sont beaucoup plus nombreux. « L’enseignant dispose d’un logiciel qui lui permet d’avoir un contrôle sur le contenu de la tablette et une analyse beaucoup plus complète de l’évolution de l’enfant, lorsqu’il est à la maison, notamment », mentionnait-elle.

Déploiement

Si l’école de Saint-Marcel demeure ouverte l’an prochain (NDLR : il y a seulement neuf élèves cette année), le projet un élève, un iPad sera implanté dès la prochaine rentrée scolaire, et cela, sans frais supplémentaire pour les parents. « Quand les gens sont convaincus, on est en mesure de trouver le financement », d’assurer Suzanne Gendron, citant en exemple une soirée de financement ayant rapporté 10 000 $ l’an dernier pour l’École primaire des Hauts-Sommets de Sainte-Perpétue, où elle est également directrice, et qui a servi au remplacement des ordinateurs du laboratoire informatique par des portables.

D’ailleurs, Mme Gendron n’exclut pas la possibilité d’implanter également un projet un élève, un iPad à Sainte-Perpétue, auprès des élèves de troisième cycle. « C’est une possibilité. Si ça se fait, ce sera de manière progressive et on débuterait avec les élèves de sixième année