Des rêves plein la tête pour le patineur Pier-Alexandre Hudon

Des rêves plein la tête pour le patineur Pier-Alexandre Hudon

Pier-Alexandre Hudon et sa partenaire Gabrielle Lévesque.

Crédit photo : Courtoisie

Depuis avril dernier, Pier-Alexandre Hudon a enfin trouvé la partenaire idéale, Gabrielle Lévesque, avec qui poursuivre sa passion du patinage en couple. À l’aube de leur première compétition internationale en Pologne, tous les espoirs semblent permis pour le jeune couple de patineurs. Parmi ces rêves, Pier-Alexandre caresse celui du Championnat du monde junior et des Jeux olympiques.

C’est à l’âge de trois ans que Pier-Alexandre Hudon a appris à patiner. Comme plusieurs petits garçons de cet âge, les premiers coups de patin sur la glace sont souvent ceux qui conduisent vers le hockey l’année suivante. Pier-Alexandre n’a pas fait exception, sauf qu’il n’a jamais abandonné le patinage artistique. « J’ai combiné le hockey et le patinage artistique le plus longtemps possible. Quand j’avais deux compétitions en même temps, je privilégiais toujours le patin », racontait-il.

Ce n’est que lorsqu’il a atteint le secondaire qu’il a abandonné le hockey de façon définitive. Une décision qu’il n’a pas trouvé facile, mais qu’il a prise en fonction de lui et non pas en fonction de ce que les gens auraient pu penser. « Je trouvais le patin moins redondant. J’y pratiquais une plus grande variété de choses et je sentais que j’en avais encore beaucoup à découvrir », ajoutait-il.

De solo en duo

Même s’il patinait en couple de façon occasionnelle depuis l’âge de 10 ans, ce n’est que cette année que Pier-Alexandre a pu s’y dévouer entièrement, après avoir trouvé la partenaire idéale à Halifax, en Nouvelle-Écosse, grâce au site internet Ice Partner Search. « J’ai toujours su que je voulais patiner en couple, mais trouver la bonne partenaire du premier coup n’est pas facile. Une a arrêté de patiner, l’autre était trop grande. Bref, j’en ai eu cinq avant de rencontrer Gabrielle, le printemps passé », mentionnait-il.

Je trouvais le patin moins redondant. J’y pratiquais une plus grande variété de choses et je sentais que j’en avais encore beaucoup à découvrir.

Après avoir fait un essai concluant en sa compagnie en février dernier, il n’a pas hésité à s’installer en Nouvelle-Écosse dès le mois d’avril pour s’entraîner de façon régulière avec elle. Depuis, il partage son temps entre Halifax et Saint-Roch-des-Aulnaies, l’entraînement et ses cours au Cégep à distance

Pologne

Du 4 au 7 octobre, Pier-Alexandre et Gabrielle se rendront à Gdansk, en Pologne, pour participer à leur première compétition internationale, le Junior Grand Prix ISU. Cette compétition, suggérée par Patinage Canada, doit permettre au jeune couple de développer de l’expérience sur les circuits internationaux en vue de prendre part à d’autres compétitions d’envergure.

Autrement, ils sont déjà assurés de participer au Championnat canadien, cet hiver. Pour la suite des choses, Pier-Alexandre se permet de rêver. « La prochaine grosse étape serait le Championnat du monde junior. Pour les Olympiques, c’est sûr que c’est le rêve de tous les patineurs, mais il est encore trop tôt pour penser à ça », concluait-il.